• Véronique B. JEANDE

    Véronique B. JEANDE« Un jour je suis née et depuis j’improvise. ».

    Voilà : ma biographie.

    Un peu court ? D’accord, je vais essayer de détailler légèrement…

    Je suis donc née un petit matin du mois de mai, en l’an de grâce 1967, dans les Yvelines. Depuis lors, j’ai poursuivi tranquillement ma route, orientant mon parcours au gré des événements.

    Lorsque j’étais enfant, il suffisait de lever la tête pour me trouver en haut d’un arbre, plongée dans la lecture, perdue dans les mondes merveilleux qui s’échappaient de toutes ces pages. J’ai fini par descendre de mon perchoir pour traîner mes livres aux quatre coins du monde. Car même en voyage, il y avait toujours une petite place pour eux dans mon sac à dos.

    Puis la vie active s’est profilée à l’horizon. Curieux comme le temps semble s’accélérer, lorsque le monde adulte s’ouvre à nous. Les préoccupations sont devenues autres, les heures consacrées à la lecture se sont amenuisées.

    Un peu solitaire peut-être, et une certaine aversion pour les cases qui me semblaient trop étriquées, sûrement. La liberté et l’indépendance ont toujours été primordiales pour moi, d’autant plus dans le monde professionnel. Le hasard a voulu que je croise le chemin de personnes admirables qui ont compris ma démarche. Dans la quiétude de mon bureau Vauxois, je partage donc mes journées entre diverses associations.

    Moins de temps pour lire, certes, mais toujours celui de rêver. Mes histoires n’existaient que dans mon esprit, jusqu’au jour où elles sont devenues tellement envahissantes que les coucher par écrit est apparu comme la seule issue possible.

    L’écriture est avant tout un loisir, une passion. Très égoïste, au départ, lorsque l’on passe des heures seule devant son écran, dans un monde imaginaire qui n’appartient qu’à soi. Un peu moins, le jour où on accepte finalement de soumettre son manuscrit au regard des autres.

    Au fur et à mesure, mon cercle de lecteurs s’est agrandi. Parce que certains se sont montrés suffisamment convaincants, j’ai décidé de troquer mes manuscrits pour l’autoédition. Le côté commercial n’est sûrement pas ce qui me séduit le plus dans cette aventure, toutefois, il s’agit d’une expérience enrichissante que je ne regrette pas. Car c’est réellement un plaisir de pouvoir ainsi rencontrer des personnes passionnées et passionnantes.

     

    Mes livres

    Quatre romans sont terminés aujourd’hui. Il s’agit d’une série, à mon sens, dans la mesure où divers personnages se croisent d’un tome à l’autre. Ils respectent une certaine chronologie et je conseille de les lire dans l’ordre, afin de préserver l’effet de surprise. Ils peuvent cependant être abordés de manière totalement autonome. Plutôt orientés thrillers, ils évoluent toutefois dans des registres très différents.

    Le Cercle Manteia se place sans conteste dans le domaine du thriller ésotérique. Sans doute le plus sombre et le plus tourmenté des quatre. Le phénomène sectaire m’a toujours fascinée. Comment des êtres sensés peuvent-ils se laisser entraîner dans une telle spirale ? Quelles sont les motivations qui animent ces gourous parfois tellement abjects ? Dans ce livre, tout est exacerbé, poussé à l’extrême. Le rêve et la réalité se côtoient tout au long de l’histoire.

    La Couleur du Deux s’attache plus à la psychologie des personnages. Tout d’abord car nous allons y retrouver des « rescapés » du Cercle, qui devront réapprendre à vivre en traînant derrière eux ce lourd passé. Mais également de par le caractère particulier du personnage qui va désormais se retrouver au centre de l’action. Atteint du syndrome d’Asperger, et plus précisément de ce qu’on appelle le syndrome savant qui affecte une quantité infime de la population, Nicolas est un petit garçon attachant. Son intelligence décalée, alliée à une parfaite innocence, l’empêche de comprendre le monde qui nous entoure. Brutalisé par la vie, il va simplement chercher à trouver sa place sans réaliser la portée de ses actes. Inconsciemment, il va susciter de nombreuses réactions, aussi violentes que contradictoires.

    La Cinquième Clé est totalement atypique. À travers l’Histoire, nous allons suivre un groupe de personnes qui détiennent l’un des secrets les plus convoités de l’humanité. J’ai un attachement tout particulier pour eux. Des utopistes, pour qui la Déclaration universelle des droits de l’homme ne se limite pas à de vains mots. De doux rêveurs qui ont simplement décidé de se mettre au service de l’humanité. Mais au fil des pages, ils vont comprendre que ce cadeau des dieux est en réalité un cadeau empoisonné. Car leurs démons intérieurs vont finir par se réveiller. Il y a toujours un prix à payer.

    Borderline nous emmène au cœur de la folie. La folie de scientifiques, tout d’abord, aveuglés par leur désir de vaincre les mystères de la vie, qui n’hésitent pas à commettre des abominations au nom de la science. Mais également la folie d’un jeune homme qui, aidé de sa psychiatre, va tenter de reconstituer pas à pas son histoire et de comprendre les événements qui l’ont entraîné au fond du gouffre.

     

    Si vous souhaitez en savoir plus sur mes livres, n’hésitez pas à aller faire un tour sur mon site

    Si vous souhaitez en savoir plus sur moi, vous pouvez toujours tenter votre chance sur ma page Facebook. Mais là, je ne garantis rien…

     

    J'ai lu :

    Le Cercle Manteia

    La couleur du Deux

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :