• Littérature française

  • Auteur : Dominique Borde

    Éditeur : Ramsay

    Date de parution : 11/03/2019

    Format : grand

    Nombre de pages : 121

    Prix : 18.00 €

     

     Résumé de l'éditeur :

     Pontarlier, Franche Comté, près de la frontière suisse, de nos jours. Axel revient dans cette ville où il a vécu dans sa jeunesse pour assister à l'enterrement du «  patriarche  », un oncle sévère demeurant dans un château. À cette occasion, le narrateur se remémore les souvenirs liés à ces lieux qu'il pensait avoir oubliés. Des souvenirs remontant de la fin des années 50 jusqu'à la fin des années 60, mêlant moment de bonheur et d'humiliations, émois du cœur et trahisons. Un ton intimiste, écrit dans une langue rappelant celle des « Hussards » d'après-guerre, dans la tradition du Feu follet.

     

     

    Mon avis :

    Axel, la quarantaine, n'a pas l'air bien bouleversé par la mort de son oncle Edmond, celui qu'il appelle "Le patriarche". On comprend vite qu'il ne le portait pas vraiment dans son cœur. Lorsqu'il revient de la ville pour assister à son enterrement, il en profite pour retourner au château, celui dans lequel il venait passer ses vacances pendant son enfance. Axel, le vrai parisien, revient donc en Franche-Comté, à la campagne, et ressasse ses souvenirs de petit garçon que le lecteur découvre grâce à des flashbacks. Il se rend vite compte qu'il n'était pas heureux à cette époque, pas toujours accepté à sa juste valeur dans cette famille méprisante qui ne pensait qu'à l’argent et au pouvoir. Mais finalement, ce retour en arrière lui permet de se rendre compte qu'il est aujourd'hui un homme plutôt heureux.

    Les mots sont durs, l'écriture rapide et les phrases ont toutes un sens précis qui font penser à de l'amertume de la part de l'auteur et du personnage principal. Je ne sais pas si l'auteur a vécu une situation similaire mais si c'est le cas, on le ressent bien dans ses écrits. Sinon, bravo à lui, c'est très bien retranscrit. L'oncle d'Axel en imposait, il était très riche et aimait être vu et reconnu. On se pose des questions tout au long de la lecture, on se demande comment cet homme a pu mourir et surtout pourquoi! Axel a t'il quelque chose à se reprocher? A vous de le découvrir...

    La fin est un peu brutale mais comme je l'adore! On ne s'y attend pas du tout alors c'est une véritable surprise. Un grand merci à l'auteur pour cette lecture divertissante et pleine de surprises!

    Achetez ce livre sur Amazon.fr!

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Auteur : Stéphane Carlier

    Éditeur : le Tripode

    Date de parution : 04/04/2019

    Format : semi-poche

    Nombre de pages : 174

    Prix : 15.00 €

     

     Résumé de l'éditeur :

     Un homme malchanceux voit sa vie bouleversée par le chien de sa voisine. Un livre plein d'humour et de tendresse qui marque le retour de Stéphane Carlier, auteur notamment de Les gens sont les gens.

    Baptiste, écrivain, a connu des jours meilleurs. Son dernier roman a fait un flop, sa compagne l'a quitté pour un dentiste et, à bientôt quarante ans, il est redevenu proche de sa mère. Il passe ses journées en culotte de survêtement molletonné, à déprimer dans son studio qui sent le chou... Jusqu'à ce que Madame Halberstadt, sa voisine de palier, lui demande de garder son chien quelques jours. Baptiste accepte à contre-cœur et doit très vite se rendre à l'évidence : depuis que Croquette a franchi le seuil de son appartement, sa vie change du tout au tout.

     

     

    Mon avis :

    Quel roman! Je ne m’attendais pas du tout à une histoire de ce genre (j'avoue que je ne savais pas trop à quoi m'attendre en fait). Baptiste est un écrivain plutôt solitaire et malheureux depuis que la femme qu'il aime, Maxine, est partie avec un autre homme plus riche et bien plus "moderne" que lui. Rien ne va vraiment parfaitement dans sa vie et lorsque sa voisine de palier, la vieille Madame Halberstadt, lui demande de s'occuper de son chien quelques jours le temps qu'elle se fasse opérer de la cataracte, il n'ose pas refuser. Pourtant, il n'aime pas les chiens qu'il trouve sales et trop bruyants. Et pourtant, dès ce jour, il va lui arriver des tas de choses sympas, il va reprendre gout à la vie et va même retomber amoureux d'une mystérieuse inconnue...

    J'ai adoré cette écriture très simple mais addictive. J'ai eu un vrai coup de cœur pour ce roman qui est pourtant à l'opposé de ce que j'aime, les thrillers et les polars. Je suis très surprise mais j'ai aimé ce personnage si attachant, cet humour léger, cette histoire ordinaire. Bref, je vous conseille de découvrir rapidement ce roman qui, j'en suis certaine, vous ravira également autant qu'à moi.

    En seulement quelques heures, je suis arrivée à la dernière page avec un petit gout de déception. Comme j'aurais aimé continuer à lire les tribulations de cet homme! Ce roman est frais, d'actualité et il colle parfaitement à la réalité quand on découvre que Baptiste passe ses journées à regarder le classement de son troisième roman sur Amazon. C'est un côté que j'ai beaucoup aimé et qui m'a beaucoup fait rire. Du déjà vu! Hein les auteurs?

    Un roman sur l'édition en général, un livre sur les chiens, une histoire sur la vie ordinaire d'un homme... ordinaire. A découvrir de toute urgence!

    Achetez ce livre sur Amazon.fr!

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Auteur : Benoit Toccacieli

    Éditeur : Auto-édition

    Date de parution : 13/05/2019

    Format : semi-poche

    Nombre de pages : 301

    Prix : 14.00 €

     

     Résumé de l'éditeur :

     Jean-Philippe vit seul à la campagne, enfermé entre sa routine et les pages de ses livres. Il occupe son temps libre en offrant des moments de lecture à ses amis peu ordinaires. Tel une fleur poussant au milieu du bitume, il peine à trouver la force de s'épanouir. Une simple rencontre suffit à briser son équilibre. En dépit de son handicap, il sera alors forcé d'affronter le regard des autres et de s'ouvrir. Parviendra-t-il pour autant à vaincre sa solitude ? Un roman sur l'amour et l'oubli, sur la vie et la mort.

     

     

    Mon avis :

    J'adore la couverture, le format du livre et au toucher, il est très agréable en plus. Ça commence très bien alors que je n'ai pas encore ouvert le livre!

    A l'intérieur, je suis tombée sous le charme du personnage principal. Jean-Philippe est un solitaire, il adore lire et comme il a du mal à parler aux autres, il s'invente des amis. Des vrais. Alors tous les soirs, après le travail, il se rend au cimetière pour lire sur les tombes de ses "amis". Pour lui, le bègue, il est plus facile de parler aux morts et aux oiseaux qu'aux êtres humains. C'est un vrai moment de plaisir pour lui et il est persuadé qu'il fait du bien aux mort également. Il a même l'impression de les connaitre alors que de leur vivant, ils étaient des inconnus pour lui... Alors il essaie de se les imaginer et savoir ce qu'ils étaient vivants.

    Mais le jour où il rencontre Maud à la librairie, sa vie va changer et devenir bien plus difficile pour lui. Maud va faire remonter des souvenirs douloureux... Mais n'est-ce pas au final ce qu'il fallait pour renouer avec le monde qui l'entoure? Le cimetière va devenir pour lui une obsession...

    J'ai adoré ce roman tout doux, très poétique. Jean-Philippe est un homme bon auquel on s'attache facilement car il a une vie simple et sans réelle attache. Il vit comme il l'entend, il ne se pose pas de question, il fait ce qu'il aime et se plait dans sa routine. Les mots utilisés par l'auteur sont musicaux, les phrases sont jolies et on souhaite rapidement savoir comment J.P. va réussir à surmonter les épreuves qui l'attendent.

    Les chapitres sont entrecoupés de mini-chapitres dont j'ai eu un peu de mal à comprendre le sens au début mais qui, finalement, sont très intéressants par la suite et permettent un final assez sympa! Bravo à l'auteur!

    Un roman à découvrir!

    Achetez ce livre sur Amazon.fr!

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Auteur : Edouard Brasey

    Éditeur : Ramsay

    Date de parution : 07/03/2019

    Format : grand

    Nombre de pages : 143

    Prix : 18.00 €

     

     Résumé de l'éditeur :

     Istanbul, l’hiver. La neige et le froid ont effacé toutes les formes, toutes les couleurs. Seul subsiste l’odeur persistante de la tourbe brûlée, le chant matinal des muezzins et le flot serré de la foule cosmopolite qui se presse aux abords du Bazar Égyptien, entre marchands de pistaches et de beureks, mendiants estropiés, porteurs d’eau et gamins gouailleurs, proximité des Eaux douces d’Europe où jadis les belles se baignaient. C’est dans ce décor insolite qu’erre le narrateur, venu à Istanbul pour tenter d’échapper à la crise profonde qu’il traverse, à la suite de son divorce et de la mort de sa mère. Par curiosité autant que par désœuvrement, il prend en filature un étrange vieillard aux allures excentriques qui immanquablement lui fausse compagnie dans une rue sans plaque et sans numéro, que le narrateur baptise la rue de l’Oubli. D’autres silhouettes émergent alors des ombres d’Istanbul – un médecin militaire ivrogne, une danseuse du ventre -, réveillant chez le narrateur la nostalgie d’un père qu’il n’a pas connu et des souvenirs d’un passé qu’il croyait à jamais enfoui. Des souvenirs qui peu à peu vont croiser le destin à la fois mirifique et pitoyable du petit vieillard dont il découvre les liens qui l’attachent à lui. Les Eaux douces d’Europe est un roman de la mémoire et de la quête du père. C’est aussi un roman consacré à une ville attachante, située à mi-chemin entre l’Orient et l’Occident, et qui nous révèle ici tous ses charmes et ses mystères : Istanbul.

     

     

    Mon avis :

    Ce genre de roman n'est pas ma tasse de thé et en effet, je n'ai pas accroché lors de ma lecture de ce dernier.

    Le narrateur me fait penser à un homme solitaire qui ne sait pas trop quoi faire de sa vie et qui décide de s'inventer une vie en se promenant et en regardant les gens autour de lui. Un jour, il rencontre un vieillard et décide de le suivre car il est intrigué. Mais finalement, il ne se passe pas grand chose, c'est plat. Un jour il le perd de vue, mais il le retrouve le lendemain et ainsi de suite. On avance pas, on suit juste les déambulations du narrateur dans les rues d'Istanbul. Comme je me suis ennuyée! Aucune action.

    On dirait un témoignage, une sorte d'autobiographie mais j'avoue que je ne sais pas du tout si c'est la cas. Je pense que c'est plus la façon dont l'auteur nous décrit tout ça qui me fait penser de cette façon mais qu'en réalité on est bien dans une fiction. Mais ça pourrait très bien être un texte vécu.

    J'ai lu en diagonale la deuxième partie du roman qui nous raconte l'histoire d'un homme, et c'est là que j'ai compris le titre. Mais je me suis ennuyée tout de même, car il n'est pas intéressant et sa vie n'a rien de palpitante.

    Bref, un roman qui ne m'a pas plu mais qui pourrait très bien être un coup de cœur pour des lecteurs aimant Istanbul et ses paysages.

    Achetez ce livre sur Amazon.fr!

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Auteur : Brigitte Lechanteur

    Éditeur : auto-édition

    Date de parution : 22/05/2018

    Format : grand

    Nombre de pages : 195

    Prix : 12.00 €

     

     Résumé de l'éditeur :

    Trop tard. Elle a enclenché la cassette. La voix de son père disparu quinze ans plus tôt s’élève. Rien ne sera plus jamais comme avant. Avant qu’elle ne découvre ce secret de famille, avant que sa recherche de la vérité ne l’emmène aux confins de la désillusion. De Paris en Belgique, d’Équateur en Grèce, elle tire le fil d’Ariane, mais la vérité a un prix : ce père qu’elle a aimé à la folie, cet homme de devoir, a-t-il vraiment fait cette chose monstrueuse ?

     

     

    Mon avis :

    Lorsqu’elle retrouve de vieilles cassettes de son père, Patricia est loin d'imaginer où ces dernières vont l'emmener... En effet, dans l'une d'elles, elle découvre un message complètement inattendu et Patricia se met en quête d'une vérité familiale qui risque de tout détruire. Mais elle veut aller au bout et comprendre.

    Patricia aimait énormément son père décédé brutalement en mer il y a 15 ans. Son corps n'a jamais été retrouvé. Après l'écoute d'une cassette où il enregistrait ses courriers pour sa secrétaire, elle décide de comprendre ce qui a pu lui arriver et surtout, quelle était sa vraie vie avant sa mort. A-t'il réellement aimé sa mère? Avait-il une deuxième vie? Sa sœur et elle ont-elles compté?

    Malheureusement, la sauce n'a pas pris avec moi, j'ai compris rapidement comment ça allait se terminer et c'est dommage. L'histoire est plutôt une bonne idée mais elle est plate et sans artifice. Tout manque de pep's! Les personnages ne sont pas travaillés, le suspense est absent, les situations avancent bien trop vite et elles manquent de développement. Patricia a de la chance, elle retrouve tout le monde rapidement, elle résout des problèmes et des questions à la vitesse de l'éclair, tout va bien trop vite. Elle voyage beaucoup et assez facilement entre plusieurs pays et continents, ça parait un peu invraisemblable.

    Après avoir lu "Et que mon cri parvienne jusqu'à vous", je suis déçue. Mais finalement, sachant que celui-ci est son deuxième roman, ça prouve que l'auteur a progressé dans son écriture et c'est plutôt une bonne nouvelle. Le prochain sera sans aucun doute encore plus abouti!

    Je ne déconseille pas ce roman, je pense qu'il mérite une lecture tout en sachant qu'il y a des bémols, c'est une lecture légère, pour ceux qui n'attendent pas forcément de suspense mais une histoire agréable, une histoire familiale sur la quête de la vérité.

    Achetez ce livre sur Amazon.fr!

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique